Merci de la part des créatrices et créateurs


Merci de la part des créatrices et créateurs

 

Chaque année, Copibec sélectionne des établissements d’enseignement du Québec pour recenser les ouvrages dont des extraits sont utilisés en classe.

Il s’agit d’un échantillonnage qui nous aide à redistribuer les sommes perçues aux titulaires de droit d’auteur que sont les créatrices et créateurs du milieu du livre.


Témoignages de créatrices et créateurs

Les déclarations d’utilisation d’œuvres par le personnel des écoles contribuent concrètement à améliorer les conditions des autrices et auteurs d’ici, comme en témoignent Luc, Sandra, Samuel et Élise :  


Crédit photo: Théâtre Animagination



« Grâce à Copibec, mes textes connaissent un beau succès dans les écoles. J’en suis le premier étonné. Cela a sur ma carrière un effet fort dynamisant ; il me reste davantage de temps pour écrire et m’occuper de la diffusion de mes œuvres.

Un courant se crée entre le monde scolaire et moi, un flux d’échanges d’idées, d’attentes, de besoins qui stimulent mon imagination et donnent vie à des histoires, des pièces de théâtre qui rejoignent le cœur des jeunes. Pour un dramaturge, la satisfaction suprême est de savoir que ses personnages, ses intrigues vont s’incarner dans les processus d’apprentissages des élèves à travers des lectures, des pratiques, des représentations.

Sachant que les premières fictions que l’on aborde marquent à jamais notre parcours, je me sens privilégié. Copibec permet à la littérature de notre coin de pays de prendre racine dans un imaginaire collectif en devenir; voilà un gage de pérennité. »

—  Luc Boulanger, auteur

Crédit photo: Éditions Québec Amérique


« Oui, COPIBEC fait une différence dans la vie des auteurs et des autrices. Quand on sait que la plupart d’entre nous ne gagnons même pas 5000$ par année en redevances pour nos livres, ce revenu supplémentaire est souvent une bénédiction, juste avant Noël. Il est comme une petite tape dans le dos qui nous encourage à continuer et surtout, qui nous motive à écrire des textes de qualité que les enseignants auront envie d’utiliser en classe.

J’aimerais les remercier, d’ailleurs, ces enseignants, de prendre le temps de déclarer l’utilisation qu’ils font de nos livres, malgré leur tâche déjà pleine. Ces quelques minutes à remplir un formulaire sont votre manière de contribuer à la poursuite de notre rêve, soit, de peut-être un jour, pouvoir vivre de notre passion. »

— Sandra Dussault, autrice

Crédit photo: Éditions Michel Quintin

« Lorsqu'un livre est utilisé en classe, c'est un privilège qui est accordé à son créateur car l'enseignant, l'enseignante ou le/la spécialiste considère son œuvre utile et inspirante pour son enseignement. Quand cela se manifeste par une reconnaissance monétaire, c'est une motivation considérable pour l'auteur/re ou l'illustrateur/trice. »

—      Samuel Parent, SAMPAR, auteur - illustrateur

Crédit photo: Élise Gravel

« Merci à tous ceux et celles qui ont partagé le contenu de mes ouvrages avec les jeunes.
Ça me rend très heureuse de savoir que mon travail vous est utile et vous fournit des outils pour éduquer et enseigner, et ça m'encourage à écrire encore plus! »

—      Élise Gravel, autrice – illustratrice

 

Calendrier de la collecte de données sur les déclarations


Pour les écoles sélectionnées par la collecte de données, le personnel enseignant et les spécialistes (bibliothécaires, orthopédagogues, psychologues, etc.) déclarent leurs utilisations à 3 reprises lors de l’année scolaire :

  • 30 novembre — Utilisations effectuées entre le 1er juillet et le 30 novembre
  • 31 mars — Utilisations effectuées entre le 1er décembre et le 31 mars
  • 30 juin — Utilisations effectuées entre le 1er avril et le 30 juin

En savoir plus : Collecte de données annuelle